Mardi, le 5 juin 2018

Donald Trump est-il un nouveau Herbert Hoover, avec sa politique d'isolationnisme et de protectionnisme ?

Par le Professeur Rodrigue Tremblay

Auteur du livre Ç Le nouvel empire amŽricain È et du livre Ç Le Code pour une Žthique globale È.

 

Ç ConsidŽrer les importations [amŽricaines] dĠautomobiles comme une menace ˆ la sŽcuritŽ nationale serait une catastrophe Žconomique auto-infligŽe pour les consommateurs amŽricains, les concessionnaires et les employŽs des concessionnaires. È Cody Lusk, prŽsident de l'American International Automobile Dealers Association, le mercredi 23 mai, 2018.

 

Ç Beaucoup de pays ont eu recours au protectionnisme douanier quand leurs Žconomies allaient mal. Cela ne fonctionne presque jamais. Mais Donald Trump serait le premier dirigeant ˆ le faire quand l'Žconomie est en plein essor. Il essaie de rŽsoudre un problme qui nĠexiste pas. L'industrie automobile amŽricaine est en bonne santŽ. È Rufus Yerxa, prŽsident du National Foreign Trade Council, le mercredi 23 mai, 2018.

 

Ç La dŽpression de 1929 Žtait si gŽnŽralisŽe, si profonde et si longue parce que le systme Žconomique international Žtait dŽstabilisŽ due ˆ l'incapacitŽ du gouvernement britannique et au refus des ƒtats-Unis d'assumer la responsabilitŽ de le stabiliser en s'acquittant de cinq fonctions :

(1) Maintenir un marchŽ relativement ouvert pour les marchandises excŽdentaires;

(2) fournir des prts anticycliques ˆ long terme, ou ˆ tout le moins des prts ˆ long terme, stables ;

3) assurer un systme de taux de change relativement stable ;

(4) faire en sorte de coordonner les politiques macroŽconomiques ;

(5) servir de prteur de dernier recours en actualisant ou en fournissant des liquiditŽs en cas de crise financire. È Charles Kindleberger (1910-2003), historien Žconomique amŽricain, et auteur du livre La Grande Crise mondiale 1929-1939, 1973, (rŽvisŽ et complŽtŽ en 1986).

 

Ç Lorsque tous les pays se tournrent vers la protection de leurs intŽrts particuliers, l'intŽrt public mondial tomba ˆ l'eau et avec lui les intŽrts privŽs de tout le monde. È Charles Kindleberger (1910-2003), historien Žconomique amŽricain et auteur de La Grande Crise 1929-1939, (1973, rŽvisŽ et complŽtŽ en 1986).

 

Le prŽsident Žtasunien Donald Trump semble orienter ses politiques de manire ˆ isoler lĠŽconomie amŽricaine des Žconomies voisines, et mme de lĠŽconomie mondiale, et semble ainsi disposŽ ˆ rompre avec trois quarts de sicle de coopŽration Žconomique plus Žtroite entre les pays, telle quĠŽlaborŽe aprs la Seconde Guerre mondiale. Ce faisant, il y a un danger rŽel que le systme Žconomique international soit structurellement dŽstabilisŽ pour des annŽes ˆ venir, ce qui ne signifie pas quĠun tel systme n'Ġait gure besoin de subir des rŽformes.

 

Ce que de nombreux Žconomistes apprŽhendent, cĠest cette approche de Trump en matire de coopŽration Žconomique internationale — ou absence de coopŽration — laquelle semble tre un dangereux retour aux annŽes Ġ30. — Si son gouvernement allait poursuivre sur cette lancŽe, cela pourrait se traduire par dĠimportants effets de distorsion des Žchanges internationaux et provoquer des dislocations Žconomiques dans de nombreux pays, avec des consŽquences Žconomiques et industrielles fortement nŽgatives, tant pour lĠŽconomie amŽricaine que pour les autres Žconomies industrielles, dont une grande part de la prŽsente prospŽritŽ repose sur les Žchanges internationaux.

 

En effet, compte tenu de la forte interdŽpendance des Žconomies modernes et de la coopŽration technologique et industrielle qui sĠest tissŽe entre elles au cours des dernires dŽcennies, gr‰ce ˆ une forte expansion du commerce international rŽciproque, la perspective dĠun retour en arrire pourrait sĠavŽrer fort risquŽe et pourrait sĠaccompagner de consŽquences Žconomiques graves, possiblement trs graves.

 

Donald Trump : un apprenti sorcier dans le commerce international ?

 

Est-il possible que le prŽsident amŽricain Donald Trump se rŽvle tre une sorte dĠapprenti sorcier, eu Žgard ˆ sa politique commerciale protectionniste ? Ce politicien semble, en effet, se complaire ˆ provoquer des conflits commerciaux avec les autres pays industriels, allant du Canada, en passant par lĠEurope, jusquĠˆ la Chine. Ce faisant, il pourrait dŽclencher une sŽrie dĠŽvŽnements, lesquels pourraient sĠavŽrer tre impossibles ˆ contr™ler ou ˆ arrter une fois mis en marche, avec des consŽquences Žconomiques trs nŽgatives. Quelles consŽquences ? Ce pourrait tre une sŽvre rŽcession Žconomique, du genre de celle vŽcue en 2008-2009 avec la Grand RŽcession, ou, potentiellement, dans le cas le plus extrme, ce pourrait mener ˆ une dŽpression Žconomique, semblable ˆ celle que le monde a connue avant la Seconde Guerre mondiale.

 

En effet, pendant la grande dŽpression de 1929-1939, le commerce international, mesurŽ en dollars, chuta de 65 %, la production totale des ƒtats-Unis baissa de 47 %, les salaires de 42 % et le taux de ch™mage atteignit le niveau de 25 %. Ce fut vŽritablement un dŽsastre Žconomique, causŽ en grande partie par de mauvaises politiques Žconomiques. Qui voudrait rŽpŽter une telle catastrophe ?

 

Donald Trump est-il prt ˆ rŽpŽter les erreurs des annŽes 1930 ?

 

Aujourd'hui, la plupart des gens ont compris que le propriŽtaire dĠh™tels et de casinos Donald Trump est un individu Žgocentrique ˆ lĠextrme, lequel gre le gouvernement amŽricain comme il le faisait pour sa propre entreprise, alors quĠil Žtait considŽrŽ dans le monde immobilier de New York tre un opŽrateur impitoyable. Selon ses biographes, Trump Žtait toujours ˆ lĠaffžt pour tirer la couverture de son c™tŽ et il nĠhŽsitait pas ˆ violer des rgles et des contrats, lorsque cela pouvait faire son affaire. — Cependant, un gouvernement nĠest pas une entreprise privŽe. Le citoyen Donald Trump nĠa aucun titre de Ç propriŽtŽ È sur le gouvernement amŽricain. Celui-ci appartient au peuple amŽricain et sa fonction premire consiste ˆ mettre en Ïuvre des politiques qui favorisent le bien commun, et non les intŽrts privŽs dĠun politicien mŽgalomane, ou ceux des membres de sa famille ou de ses donateurs Žlectoraux.

 

Nous avons une idŽe de la pensŽe Žconomique tordue de Donald Trump, si nous considŽrons ce quĠil a dit, en mars dernier, quand il a dŽclarŽ, dans un mŽdium social, que Ç les guerres commerciales internationales sont bonnes et faciles ˆ gagner È ! Je nĠai jamais entendu une dŽclaration aussi scandaleuse et aussi irresponsable sortir de la bouche dĠun chef d'ƒtat, quoique dans le cas de Trump, cela semble tre devenue monnaie courante.

 

Trump semble ignorer les leons de lĠhistoire et de lĠŽconomie. Il ne semble pas avoir la moindre idŽe de la faon dont le commerce international et lĠinvestissement international fonctionnent. De mme, il ne semble pas comprendre que la raison premire pour laquelle le dollar amŽricain sert de moyen de paiement international largement acceptŽ, et de devise clŽ pour les banques centrales de beaucoup de pays, est la consŽquence directe de la politique amŽricaine qui, dans le passŽ, visait ˆ promouvoir des relations Žconomiques internationales harmonieuses et multilatŽrales. CĠest une position privilŽgiŽe qui a permis aux ƒtats-Unis de retirer des avantages Žconomiques et financiers considŽrables.

 

Les idŽes Žconomiques du prŽsident Žtasunien Donald Trump sont primitives, obsoltes et mercantilistes. Prenons, par exemple, sa prŽtention absurde selon laquelle un pays ne peut sortir Ç gagnant È dĠune relation commerciale, ˆ moins de dŽgager un excŽdent commercial avec tout le monde. Dans un contexte de commerce multilatŽral, cela est impossible, en pratique. En effet, un pays peut enregistrer des excŽdents dans sa balance extŽrieure courante avec quelques pays, mais il est normal quĠil ait aussi des dŽficits avec dĠautres pays. CĠest lˆ une consŽquence normale du commerce multilatŽral, si nous supposons, pour lĠinstant, une absence de mouvements de capitaux entre les pays.

 

Cependant, quand un pays peut faire appel ˆ lĠŽpargne internationale pour financer ses investissements au-delˆ de ses Žpargnes intŽrieures, comme cĠest le cas de nos jours, cela lui permet dĠavoir un excs dĠinvestissements intŽrieurs par rapport ˆ son Žpargne intŽrieure (sans inflation), et de stimuler ainsi son Žconomie. En contrepartie des entrŽes nettes de capitaux, il enregistrera un dŽficit dans sa balance courante extŽrieure et ses importations annuelles de biens et de services dŽpasseront ses exportations. En effet, quand un pays emprunte des capitaux de lĠŽtranger, sa dette extŽrieure nette sĠaccro”t, mais cela lui permet de financer une hausse dans ses importations au-delˆ de ses exportations et dĠaccro”tre ses investissements. Ce faisant, le pays accro”t sa dette extŽrieure nette (le passif moins les actifs du pays vis-ˆ-vis le reste du monde), mais bŽnŽficie dĠune croissance Žconomique accrue.

 

Or, ˆ la fin de 2017, les ƒtats-Unis avaient une dette extŽrieure nette qui atteignait 7 845,8 milliards de dollars. Si le gouvernement de Donald Trump voulait sŽrieusement que lĠŽconomie amŽricaine dŽgage un excŽdent commercial, plut™t quĠun dŽficit, dans sa balance courante extŽrieure, il devrait cesser lui-mme d,emprunter massivement auprs dĠautres pays pour financer son dŽficit budgŽtaire ($ 400 milliards en 2018), et il devrait prendre les mesures appropriŽes pour accro”tre lĠŽpargne intŽrieure de manire ˆ financer la totalitŽ des investissements intŽrieurs amŽricains.

 

Si les ƒtats-Unis sont un emprunteur net dĠŽpargne Žtrangre, au cours dĠune annŽe donnŽe, ils doivent nŽcessairement enregistrer un dŽficit dans leur balance courante extŽrieure. Et, ce ne sont pas les incantations des politiciens amŽricains qui peuvent changer quoi que ce soit ˆ cette situation.

 

Le principe gŽnŽral ici est que la balance des paiements dĠun pays sĠŽquilibre toujours et quĠil y a un ajustement Žconomique, (ˆ travers les taux dĠintŽrt, les taux de change et les revenus), qui fait en sorte que ce soit le cas.

 

QuĠun individu, en position de chef dĠŽtat dĠun important pays comme les ƒtats-Unis, ne semble pas comprendre ces principes Žconomiques et comptables ŽlŽmentaires, est un vŽritable scandale.

 

Donald Trump perd les pŽdales lorsquĠil parle de commerce international et veut hausser les taxes frontalires Žtasuniennes

 

Le jeudi 31 mai 2018 passera peut-tre ˆ lĠhistoire comme la date ˆ laquelle Donald Trump dŽclencha une guerre commerciale ˆ lĠencontre de nombreux pays alliŽs, comme cĠest le cas du Canada, membre du NORAD, et comme cĠest aussi le cas de nombreux pays europŽens, membres de lĠOTAN. Trump a aussi eu le culot de prŽtendre quĠil se lanait dans une guerre des tarifs pour des motifs de Ç sŽcuritŽ nationale È, ce qui nĠest pas loin dĠtre une Žnorme supercherie, comme Trump en est capable car, pour lui, la fin justifie les moyens. En effet, Trump a fait reposer ses dŽcisions sur un obscur article lŽgal, lĠarticle 232 de la loi commerciale amŽricaine de 1962 (le ÔTrade Expansion ActĠ de 1962), afin de nĠavoir pas ˆ soumettre ses dŽcisions controversŽes ˆ lĠapprobation du Congrs amŽricain.

 

Dans le cas du Canada, lĠune des demandes de Trump pour le maintien de la Zone de libre-Žchange nord-amŽricaine de 1994 (ALƒNA) est dĠinsŽrer une clause temporelle pour mettre  automatiquement fin ˆ lĠaccord commercial pour le renŽgocier, ˆ tous les cinq (5) ans. ConsidŽrant que les entreprises planifient leurs investissements vingt ou trente ans ˆ lĠavance, seules des intentions malveillantes ou malicieuses pourraient expliquer pourquoi une telle demande aussi peu rŽaliste a pu tre envisagŽe.

 

Quelles sont les consŽquences nŽgatives probables dĠune guerre commerciale gŽnŽralisŽe pour ses participants ?

 

- Tout dĠabord, les industries exportatrices amŽricaines, leur production et leur emploi seront fortement pŽnalisŽs et perturbŽs par les nouvelles taxes frontalires et les taxes similaires imposŽes par les autres pays, en reprŽsailles, sur les exportations amŽricaines.

- Deuximement, les industries importatrices des ƒtats-Unis feront face ˆ des prix plus ŽlevŽs pour leurs approvisionnements, ce qui augmentera les prix pour les consommateurs et augmentera le taux dĠinflation pour toute lĠŽconomie. NĠoublions pas que les taxes ˆ la frontire sont des taxes, et elles sont finalement payŽes par les consommateurs lorsquĠils achtent des biens, allant des achats de jeans jusquĠˆ lĠachat de maisons.

- Troisimement, les entreprises amŽricaines qui ont des installations ˆ travers monde verront leur cha”ne dĠapprovisionnement perturbŽe. Elles peuvent Žgalement faire face ˆ un climat rŽglementaire moins favorable dans certains pays, en raison des politiques Žconomiques hostiles de lĠadministration Trump. — Leur ligne de profit devrait en souffrir. Par exemple, pour lĠannŽe 2012 (dernire annŽe pour laquelle des donnŽes sont disponibles), les sociŽtŽs amŽricaines ont dŽclarŽ des bŽnŽfices rŽalisŽs par leurs filiales Žtrangres de lĠordre de plus de mille milliards $. Les investisseurs amŽricains ont bŽnŽficiŽ directement de ces revenus Žtrangers des filiales amŽricaines.

- Quatrimement, une hausse intŽrieure de lĠinflation se traduira inŽvitablement par des taux dĠintŽrt plus ŽlevŽs, laquelle hausse pourrait, t™t ou tard, faire dŽrailler le marchŽ boursier, avec des pertes ˆ prŽvoir possiblement fort importantes.

- Cinquimement, ˆ mesure que lĠincertitude Žconomique gagnera en intensitŽ, les entreprises pourraient retarder leurs investissements, avec un danger de spirale Žconomique ˆ la baisse, un dŽclin de la productivitŽ, des revenus abaissŽs, une contraction de lĠemploi et des baisses dans les dŽpenses de consommation.

Les autres pays subiront des contractions similaires dans leurs Žconomies de sorte que les rŽpercussions multipliŽes seront mondiales.

 

C'est lˆ un sombre scŽnario que le monde a dŽjˆ vŽcu dans le passŽ et que personne ne voudrait rŽpŽter. Pour ma part, je ne connais aucun Žconomiste qui conseillerait un plan dĠaction comme celui que lĠadministration Trump semble vouloir entreprendre.

 

Ceux qui ignorent lĠhistoire sont condamnŽs ˆ la rŽpŽter

 

En effet, les attaques frontales de lĠadministration rŽpublicaine Trump contre le commerce multilatŽral semblent aussi irresponsables et risquŽes que la politique protectionniste du gouvernement rŽpublicain de Herbert Hoover, adoptŽe officiellement, le 17 juin 1930. Ce fut ˆ cette date, en effet, que le prŽsident Hoover signa la fameuse Loi Smoot-Hawley, une loi qui imposait de lourdes taxes ˆ lĠimportation et qui rŽsulta en une baisse brutale des importations amŽricaines. Cette politique protectionniste de lĠadministration Hoover provoqua une sŽrie de reprŽsailles commerciales de la part des autres pays, et elle contribua fortement ˆ contracter le volume du commerce international. Le rŽsultat fut de transformer une rŽcession Žconomique en une dŽpression Žconomique mondiale qui dura dix ans.

 

Il est relativement facile pour les politiciens de dŽclencher une guerre commerciale. CĠest beaucoup plus difficile dĠy mettre un terme. Donald Trump nĠa aucune connaissance ou compŽtence en matire dĠŽconomie et de finance internationales, et il ignore probablement aussi les dommages que lĠadministration rŽpublicaine Herbert Hoover a fait subir ˆ lĠŽconomie amŽricaine, quand il a prŽcipitŽ une baisse du commerce international et contractŽ les flux financiers internationaux.

 

Que Donald Trump veuille rŽpŽter, 88 ans plus tard, les erreurs de lĠadministration Hoover est difficile ˆ comprendre. [N.B. : Le PrŽsident Herbert Hoover (1874-1964) fut rondement dŽfait par Franklin D. Roosevelt (1882-1945), lors de lĠŽlection prŽsidentielle de 1932]. En effet, pourquoi Donald Trump voudrait-il Žpouser la dangereuse doctrine de lĠisolationnisme Žconomique et, t™t ou tard, celle de lĠisolationnisme politique pour les ƒtats-Unis, avec ses attaques ˆ lĠemporte-pice et mal avisŽes contre le commerce international, et risquer ainsi la prospŽritŽ de Žconomie mondiale ? Il devrait savoir quĠen ce faisant, il fera beaucoup de tort ˆ lĠŽconomie amŽricaine, aux sociŽtŽs amŽricaines, aux travailleurs amŽricains et aux consommateurs amŽricains, ainsi quĠˆ lĠŽconomie mondiale.

 

En fait, Trump risque rien de moins que de dŽtruire le systme de coopŽration Žconomique internationale, ŽrigŽ aprs Seconde Guerre mondiale, lequel a ŽtŽ immensŽment profitable aux ƒtats-Unis, et lequel a permis dĠŽlever le niveau de vie, non seulement aux ƒtats-Unis, mais dans beaucoup dĠautres pays. Les sociŽtŽs amŽricaines et les banques amŽricaines, et leurs employŽs, ont particulirement bŽnŽficiŽ des Žconomies d'Žchelle, de la spŽcialisation Žconomique et des gains de productivitŽ (la baisse des cožts de production) que lĠouverture et la stabilitŽ des marchŽs ont permis.

 

Les motivations politiques partisanes de Donald Trump

 

Pourquoi lĠadministration Trump voudrait-elle emprunter la voie fort risquŽe du protectionnisme des annŽes 1930 ? Ce nĠest certainement pas pour des motifs Žconomiques immŽdiats, puisque lĠŽconomie amŽricaine fonctionne prŽsentement ˆ plein... Ë moins, bien sžr, que ce qui guide vraiment Donald Trump soit une obsession politique personnelle ˆ mesure que lĠon se rapproche des Žlections amŽricaines de mi-mandat de novembre prochain. Les sondages indiquent, en effet, que les politiques fiscales de Trump et dĠautres politiques mises de lĠavant au profit des ploutocrates, tout en augmentant la dette publique, ne sont pas trs populaires parmi la population en gŽnŽral.

 

CĠest pourquoi, un recours ˆ des politiques commerciales populistes pourrait offrir aux RŽpublicains, du moins ˆ court terme et dans quelques Žtats en perte de vitesse industrielle, une possible bouŽe de sauvetage Žlectorale. En dĠautres termes, Donald Trump et le Parti rŽpublicain pourraient penser bŽnŽficier politiquement dĠune montŽe du nationalisme Žconomique et du protectionnisme douanier, dans quelques Žtats industriels clŽs. Ce ne serait pas avant plusieurs mois que les effets pervers dĠune guerre commerciale appara”tront aux yeux du public amŽricain.

 

Si cela Žtait le cas, ce serait un exemple dĠopportunisme politique dans le but dĠengranger des gains politiques partisans. Ce serait un cas de gain politique ˆ court terme, au prix dĠune douleur Žconomique ˆ plus long terme.

 

Conclusion

 

La conclusion est inŽluctable. Ce serait fort irresponsable pour Donald Trump de dŽclencher une guerre commerciale, notamment contre des pays alliŽs, alors que lĠŽconomie amŽricaine est dŽjˆ en pleine phase de prospŽritŽ. Rgle gŽnŽrale, les politiciens ne devraient pas jouer avec lĠŽconomie ˆ des fins politiques partisanes.

 

La plupart des AmŽricains, quĠils soient travailleurs ou consommateurs, devront payer un prix ŽlevŽ lorsque les entreprises amŽricaines subiront le contrecoup des nouvelles taxes douanires et devront hausser leurs prix. La mme chose se produira dans les autres pays victimes des taxes amŽricaines ˆ lĠimportation. Le protectionnisme a dŽjˆ ŽtŽ essayŽ et cela ne fonctionne pas.

 

________________________________________________________________

 

 

Le Prof. Rodrigue Tremblay est professeur ŽmŽrite dĠŽconomie ˆ lĠUniversitŽ de MontrŽal et un ancien ministre dans le gouvernement quŽbŽcois.

 

On peut le contacter ˆ lĠadresse suivante : rodrigue.tremblay1@gmail.com.

 

Visiter le site de lĠauteur en franais :

http://rodriguetremblay.blogspot.com/

 

Il est lĠauteur du livre Ç Le nouvel empire amŽricain È et du livre Ç Le Code pour une Žthique globale  È.

 

Prire de faire suivre lĠarticle :

 

Mis en ligne, le mardi, 5 juin 2018.

____________________________________________________________

İ 2018 by Prof. Rodrigue Tremblay, Žconomiste.

 

Retour aux Archives en franais

 

Retour au blog