Vendredi, le 19 janvier 2018

ƒlŽments de politique : LĠinfluence de lĠargent dans les affaires Žtrangres amŽricaines. Le cas de lĠIrak, de la Libye, de la Syrie et de lĠIran

Par le Professeur Rodrigue Tremblay

Auteur du livre Ç Le nouvel empire amŽricain È et du livre Ç Le Code pour une Žthique globale È.

 

 

Ç Je suis guidŽ par une mission divine. Dieu mĠa dit : "George, va combattre ces terroristes en Afghanistan". Et je lĠai fait. — Et ensuite Dieu mĠa dit 'George, va et mets fin ˆ la tyrannie en Irak'. Et je lĠai fait. È

George W. Bush (1946-), prŽsident rŽpublicain amŽricain, propos tenus lors dĠune rencontre avec une dŽlŽgation palestinienne en juillet 2003, lors du sommet israŽlo-palestinien ˆ la station balnŽaire Žgyptienne de Charm el-Cheikh.

 

Ç Ils [le prŽsident George W. Bush et le vice-prŽsident Dick Cheney] ont menti É Ils ont dit quĠil y avait des armes de destruction massive [en Irak]. Il nĠy en avait pas. Et ils savaient quĠil nĠy en avait pas. Il nĠy avait pas dĠarmes de destruction massive.

— Nous [les ƒtats-Unis dĠAmŽrique] avons dŽpensŽ $ 2000 milliards de dollars, perdu des milliers de vies. É De toute Žvidence, ce fut une erreur É George W. Bush a fait une erreur. Nous pouvons faire des erreurs. Mais celle-lˆ fut toute une beautŽ. Nous nĠaurions jamais du aller en Irak. Nous avons dŽstabilisŽ le Moyen-Orient. È

Donald Trump (1946- ), prŽsident rŽpublicain amŽricain, propos tenus au cours dĠun dŽbat prŽsidentiel du parti rŽpublicain sur la cha”ne CBS, le samedi 13 fŽvrier, 2016.

 

Ç Je connais bien les ƒtats-Unis dĠAmŽrique, lĠAmŽrique est une chose que vous pouvez dŽplacer trs facilement, et la dŽplacer dans la bonne direction. Ils ne nous gneront pas. È

Benyamin NŽtanyahou (1949-), actuel Premier ministre israŽlien, propos tenus sur vidŽo, en 2001, en sĠadressant ˆ des colons israŽliens.

 

[Dans la foulŽe des attentats du 11 septembre 2001, on mĠa montrŽ] Ç un document qui dŽcrivait comment nous [ƒtats-Unis] projetions dĠenvahir sept pays en cinq ans, en commenant par lĠIrak, puis la Syrie, le Liban, la Libye, la Somalie, le Soudan et, pour finir, lĠIran. È

Le gŽnŽral Žtasunien Wesley Clark (1944-), lors dĠune entrevue vidŽo le mardi 2 mars 2007, avec la journaliste Amy Goodman.

 

Tout comme le prŽsident rŽpublicain George W. Bush inventa le prŽtexte des Ç armes de destruction massive È, en 2003, pour tromper les AmŽricains et le reste du monde pour justifier une invasion militaire de lĠIrak, Donald Trump, aujourdĠhui, semble vouloir suivre ses traces. En effet, Trump semble tre ˆ la recherche dĠun prŽtexte pour justifier une autre confrontation militaire au Moyen-Orient, cette fois-ci contre lĠIran. George W. Bush avait mme dit ˆ lĠŽpoque que cĠŽtait sa religion qui lĠavait poussŽ ˆ intervenir militairement en Irak quand il avait affirmŽ, dans une envolŽe toute empreinte dĠillusion hallucinante, ˆ lĠŽtŽ 2003, que Ç [Dieu] mĠa dit de mettre fin ˆ la tyrannie en Irak. È

 

AujourdĠhui, un autre prŽsident rŽpublicain amŽricain, Donald Trump, semble se croire lui aussi en mission, soit celle dĠattaquer un autre pays, en violation du droit international. Cette fois-ci, la cible de ses mŽchantes insultes quotidiennes est lĠIran, un pays dirigŽ par des thŽocrates, aux prises avec de sŽrieux problmes intŽrieurs, tant Žconomiques que politiques. Ce nĠest pas dĠhier que Donald Trump fait des dŽclarations incendiaires concernant les affaires intŽrieures de ce pays, dans lĠespoir de provoquer une rŽponse et de justifier ainsi une agression militaire.

 

Donald Trump : Ç Nous nĠaurions jamais dž tre en Irak È.

 

Ce qui se passe prŽsentement est dĠautant plus Žtonnant et irrŽel que lors de la dernire campagne prŽsidentielle amŽricaine, le candidat Donald Trump a ouvertement accusŽ George W. Bush dĠavoir menti pour envahir lĠIrak, ajoutant lors dĠun dŽbat prŽsidentiel sur la chaine CBS, le samedi 13 fŽvrier, 2016, Ç Nous nĠaurions jamais dž tre en Irak, nous avons dŽstabilisŽ le Moyen-Orient È. Donald Trump souffre-t-il dĠamnŽsie ou est-il simplement incohŽrent dans ses pensŽes ?

 

En rŽalitŽ, malgrŽ la propagande nŽoconservatrice contraire, en envahissant lĠIrak, le gouvernement Žtasunien de George W. Bush et de Dick Cheney a profondŽment dŽstabilisŽ le Moyen-Orient, et ces deux politiciens ont causŽ la mort de centaines de milliers de personnes, hommes, femmes et enfants, et ils ont crŽŽ des millions de rŽfugiŽs, dont beaucoup dĠentre eux se sont dirigŽs vers lĠEurope. Mais peut-tre encore plus dŽrangeant, dĠun point de vue amŽricain ou israŽlien, lĠinvasion militaire amŽricaine de 2003 en Irak a considŽrablement augmentŽ lĠinfluence gŽopolitique de lĠIran chiite dans la rŽgion, aprs la chute du gouvernement sunnite de Saddam Hussein (1937-2006) et lĠintronisation dĠun gouvernement chiite ˆ sa place.

 

C'est lˆ une constatation que jĠai faite dans mon livre sur la guerre en Irak, Le Nouvel empire amŽricain. JĠy dŽplorais non seulement lĠillŽgalitŽ dĠune telle invasion militaire dĠun pays souverain, en violation flagrante de la Charte des Nations Unies, mais aussi la sagesse dĠune telle dŽcision, puisque lĠIran allait sans doute profiter ŽnormŽment de lĠarrivŽe dĠun gouvernement chiite ˆ Bagdad... et cĠest ce qui arriva.

 

Ce qui surprend, cĠest que les deux prŽsidents rŽpublicains Žtasuniens, George W. Bush et Donald Trump, ont reu le mme soutien financier et politique enthousiaste des mmes ultra riches donateurs sionistes amŽricains et celui des chrŽtiens ŽvangŽliques amŽricains, bien que le soutien accordŽ ˆ Bush fut plus important que celui dŽvolu ˆ Trump aujourdĠhui, parce que la toile de fond en 2002-2003 Žtait celle des attentats du 11 septembre 2001. AujourdĠhui, en effet, Donald Trump est non seulement un prŽsident anormal; il est aussi un prŽsident minoritaire qui nĠest gure soutenu par plus dĠun tiers des AmŽricains.

 

LĠinfluence de lĠargent est de plus en plus roi dans la politique Žtrangre des ƒtats-Unis, notamment en ce qui concerne le Moyen-Orient

 

De nos jours, lĠargent parle fort dans la politique amŽricaine, et le gros argent parle encore plus fort. Cela est en partie du ˆ une dŽcision controversŽe dĠune Cour Suprme amŽricaine partisane, rendue ˆ 5 contre 4 en janvier 2010, dans laquelle elle faisait conna”tre son idŽologie anti-dŽmocratique, ˆ savoir que Ç lĠargent est une forme dĠexpression È dont il ne faut pas limiter indument lĠinfluence lors dĠune Žlection.

 

On a eu une idŽe de lĠinfluence des contributions Žlectorales de certains ultra riches donateurs (nommŽs Ç mŽgadonateurs È), lors de la course prŽsidentielle du parti RŽpublicain, en 2016. En effet, plus dĠune douzaine de candidats ˆ lĠinvestiture de ce parti ˆ la prŽsidence amŽricaine, Donald Trump en tte, ont promis ˆ lĠunisson de dŽplacer lĠambassade amŽricaine en Isra‘l, de Tel-Aviv ˆ JŽrusalem, en plus de promettre, sĠils Žtaient Žlus, de tŽlŽphoner au Premier ministre israŽlien Benyamin NŽtanyahou lors de leur premire journŽe passŽe ˆ la Maison Blanche.

 

En date dĠaujourdĠhui, Donald Trump a dŽjˆ remboursŽ une partie de sa dette politique envers ses gros donateurs lorsquĠil a annoncŽ, en dŽcembre dernier, sa volontŽ de dŽplacer lĠambassade amŽricaine de Tel-Aviv ˆ JŽrusalem. Mais mme avant son investiture le 20 janvier 2017, lĠentourage de Trump est intervenu activement en faveur dĠun gouvernement Žtranger, le gouvernement israŽlien, auprs des Nations Unies.

 

Une telle soumission des politiciens amŽricains aux vÏux des mŽga contributeurs politiques peut expliquer, en partie du moins, pourquoi les ƒtats-Unis ont lĠun des taux de participation Žlectorale les plus bas parmi les dŽmocraties mondiales modernes. Lors de lĠŽlection prŽsidentielle amŽricaine de novembre 2016, par exemple, un peu moins de 56 % des citoyens ayant le droit de vote sĠen sont prŽvalu, soit un creux depuis 20 ans. Selon le Centre de recherche Pew, parmi les 35 pays hautement dŽveloppŽs de lĠOrganisation de coopŽration et de dŽveloppement Žconomiques (OCDE), les ƒtats-Unis se classent au 28me rang en ce qui concerne le taux de participation ˆ de rŽcentes Žlections nationales. Par exemple, les taux de participation Žlectorale en Belgique (87 %), en Sude (83 %) ou au Danemark (80 %) ont ŽtŽ beaucoup plus ŽlevŽs.

 

Ë cause justement de lĠinfluence exagŽrŽe de lĠargent dans la politique amŽricaine et parce que les lobbies pro-israŽliens font partie des donateurs politiques les plus importants, la politique amŽricaine au Moyen-Orient est de plus en plus biaisŽe en faveur du gouvernement israŽlien et elle tend ˆ reflŽter les dŽsidŽratas des lobbies pro-israŽliens. Il semble de facto exister une sorte dĠaxe amŽricano-israŽlien au Moyen-Orient, auquel se joint de plus en plus lĠArabie saoudite.

 

En effet, il est impossible de comprendre ce qui se passe dans cette partie du monde depuis des dŽcennies, avec son cortge de guerres, de destructions, de rŽfugiŽs et de morts, sans tenir compte de lĠinfluence Žcrasante de cet axe qui dŽpasse les lignes partisanes ˆ Washington. D.C. [Dans un discours pendant la primaire dŽmocrate en Pennsylvanie, en avril 2008, alors quĠelle Žtait candidate ˆ la prŽsidentielle, Hillary Clinton a dŽclarŽ: Ç Si je suis Žlue prŽsidente, nous allons attaquer lĠIran ... Nous serons en mesure de les rayer compltement de la carte! È]

 

Une opŽration conjointe amŽricano-israŽlienne contre lĠIran semble prŽsentement en cours

 

Lorsque le gouvernement amŽricain souhaite dŽstabiliser un gouvernement Žtranger et crŽer les conditions pour un changement de rŽgime, il faut tre ˆ lĠaffžt dĠune opŽration sous fausse bannire false flagĠ, en anglais), laquelle a de fortes chances dĠtre lĠÏuvre dĠorganisations de renseignement ou celle dĠopŽrations spŽciales Žtrangres. Il existe, en effet, des organisations plus ou moins secrtes, bien financŽes, et dont la mission premire consiste ˆ dŽstabiliser politiquement des pays jugŽs hostiles, en prŽtendant vouloir, non sans une certaine hypocrisie, dŽfendre les droits humains.

 

Comme lĠa rŽvŽlŽ le gŽnŽral Žtasunien Wesley Clark (1944-) en 2007 (voir la citation ci-dessus), lĠIran est le dernier pays visŽ sur une longue liste de pays que le gouvernement amŽricain a dans sa mire. Le fait que des mŽdias superficiels nĠosent pas informer leurs lecteurs ou leurs auditeurs de lĠexistence de tels programmes, pourtant bien connus, nĠest rien de moins quĠun scandale journalistique.

 

Un tel programme de changement de rŽgime cadre bien avec le Ç plan stratŽgique amŽricano-israŽlien È contre lĠIran qui a rŽcemment ŽtŽ dŽvoilŽ. CĠest, en effet, une grande co•ncidence que les troubles les plus importants observŽs en Iran depuis 2009 arrivent juste aprs la conclusion dĠun tel accord entre les ƒtats-Unis et Isra‘l (assistŽs de lĠArabie saoudite), pour dŽstabiliser lĠIran. En effet, dans leurs relations avec lĠIran, les ƒtats-Unis et Isra‘l semblent agir comme une seule entitŽ politique.

 

Cela pourrait aussi expliquer pourquoi le prŽsident Donald Trump, contre toute logique, insiste pour dŽclarer que le gouvernement iranien est en violation de lĠAccord sur le nuclŽaire iranien, mme si lĠONU et les cinq autres pays signataires (Chine, France, Russie, Royaume-Uni et Allemagne) sont tous dĠaccord pour dire que lĠIran respecte lĠentente. Le 12 janvier dernier, Trump a renouvelŽ ses accusations contre lĠIran Deal, sans toutefois retirer son pays de lĠaccord, mais en ajoutant de nouvelles conditions et sanctions Žconomiques contre lĠIran, un acte qui est, en soi, une violation de lĠaccord. Le seul gouvernement qui viole lĠIran Deal est le gouvernement de Donald Trump, pas le gouvernement iranien.

 

En ce qui concerne lĠIran, Donald Trump semble avoir fait sien le programme nŽoconservateur qui existe depuis longtemps ˆ lĠintŽrieur du gouvernement Žtasunien, pour soumettre ce dernier pays au mme plan global de dŽstabilisation, lequel a ŽtŽ mis en Ïuvre avec succs contre lĠIrak en 2003, contre la Libye en 2011 et contre la Syrie en 2013, sans oublier bien sžr le coup dĠƒtat fomentŽ en Ukraine en 2014.

 

Peu importe qui sige ˆ la Maison Blanche ou quel parti politique contr™le le Congrs amŽricain, ˆ un moment donnŽ, les mmes forces politiques sont ˆ lĠÏuvre, cĠest toujours la mme politique Žtrangre amŽricaine inspirŽe des nŽocons qui domine au Moyen-Orient. Barack Obama Žtait quelque peu hŽsitant ˆ appliquer les mmes politiques quĠun George W. Bush ou quĠun Donald Trump. Toutefois, les rŽsultats sont toujours les mmes : des gouvernements sont renversŽs et des gens sont tuŽs.

 

Conclusion

 

En matire de politique Žtrangre comme dans dĠautres domaines, le gouvernement de Donald Trump va de lĠavant avec des politiques douteuses et improvisŽes sans prendre en considŽration toutes les consŽquences. Les crises viendront plus tard.

 

COMMENTAIRES (9)

 

 

 

 

Le Prof. Rodrigue Tremblay est professeur ŽmŽrite dĠŽconomie ˆ lĠUniversitŽ de MontrŽal et un ancien ministre dans le gouvernement quŽbŽcois.

 

On peut le contacter ˆ lĠadresse suivante : rodrigue.tremblay1@gmail.com.

 

Il est lĠauteur du livre Ç Le nouvel empire amŽricain È et du livre Ç Le Code pour une Žthique globale  È.

 

Prire de visiter son blogue en plusieurs langues ˆ l'adresse suivante : http://www.thenewamericanempire.com/blog.htm.

 

Site Internet de l'auteur : http://www.thenewamericanempire.com/

 

Prire de faire suivre lĠarticle :

http://www.thenewamericanempire.com/francais59.htm

 

Mis en ligne, le vendredi 19 janvier 2018.

____________________________________________________________

İ 2018 by Prof. Rodrigue Tremblay: The New American Empire Blog.

 

Retour aux Archives en franais

 

Retour au blog