CREATOR: gd-jpeg v1.0 (using IJG JPEG v62), quality = 85

 

                      Jacques PARIZEAU (1930-2015)

 

 

 

Hommage personnel à M. Jacques PARIZEAU (1930-2015)

 

par Rodrigue Tremblay, professeur émérite de sciences économiques, Université de Montréal, ancien ministre

 

Jacques Parizeau était avant tout un grand patriote qui aimait le Québec avec une conviction sans bornes. Ce fut aussi un grand politicien et un grand économiste qui a servi le Québec avec honneur pendant plusieurs générations. En effet, il a brillamment servi le gouvernement du Québec en tant qu’économiste, mais aussi comme haut fonctionnaire, pendant les années cruciales de la Révolution tranquille dans les années soixante, alors que se succédèrent les politiques audacieuses de la nationalisation de l’électricité, de la création de la Société générale de financement (SGF) en 1962 et de celle de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) en 1965. Il fut aussi un grand ministre des finances du Québec (1976-1984) et un premier ministre inspirant pour le Québec (1994-1996). Jacques Parizeau a fortement contribué à construire le Québec moderne d’aujourd’hui. La population québécoise lui doit une énorme dette de reconnaissance.

 

En tant que ministre de l’Industrie et du Commerce dans le premier gouvernement de René Lévesque, j’avais souvent l’occasion de prendre le petit déjeuner en sa compagnie au restaurant de l’Assemblée nationale. Et nous avons toujours gardé des relations cordiales, tant professionnelles que politiques, après mon départ de la politique.

 

Petit souvenir : en 1976, c’est  par son intermédiaire que j’étais entré en politique. À l’occasion d’un Congrès de l’ACFAS à Moncton, en effet, alors que j’étais président de la Société canadienne d’Économique, nous avions discuté de la question. Ce n’est que plus tard que M. René Lévesque m’a formellement invité à faire le saut en politique.

 

Jacques Parizeau a été avec Esdras Minville (1896-1975) et François-Albert Angers (1909-2003) un des grands économistes qu’a connus l’École des Hautes Études Commerciales de l’Université de Montréal au vingtième Siècle. Encore là, Jacques Parizeau a fait œuvre de pionnier et plusieurs générations d’étudiants ont eu la chance de profiter de son savoir, de sa grande expérience et de son éloquence.

 

C’est donc une figure de proue du Québec moderne qui s’est éteinte avec le décès de M. Jacques Parizeau. Il laissera un grand vide derrière lui. Je lui rends un vibrant hommage.

 

Sur le site Le Code pour une ethique globale

 

Sur Vigile.net

 

 

Retour aux Archives en français

 

Retour au blog